Feeds:
Articles
Commentaires

Après 4 ans de lutte: la fermeture, les intégristes, le manque de locaux et de personnel…

 Enfin un vrai centre d’IVG à l’Hôpital Tenon!

 

Pour fêter cette victoire, le collectif CIVG Tenon organise un

 

APERO FESTIF ET

MILITANT

le samedi 14 décembre à 11h

devant l’entrée de l’Hôpital rue

de la Chine

 

avec tou-te-s les militant-e-s, élu-e-s, habitant-e-s, et passant-e-s qui ont soutenu la lutte mois après mois depuis 2009…

Lire la suite »

Reportage sur le collectif IVG Tenon le jeudi 3 octobre

RÉCIT

Un collectif manifestait jeudi à l’hôpital Tenon pour s’inquiéter de l’accès à l’avortement dans la capitale.

 «Non à la casse de l’hôpital.» Jeudi 3 octobre au matin, une trentaine de manifestants investissent le hall de l’hôpital Tenon, dans le XXe arrondissement de Paris. Le collectif Tenon, regroupant habitants et associations du quartier, et quelques membres du personnel, protestent avec des pancartes, en silence. Motif de leur mobilisation : les conditions ne seraient pas réunies selon eux pour permettre une prise en charge correcte des femmes désirant recourir à l’avortement.

Communiqué de presse du Collectif Tenon du 5 octobre 2013

Devant les difficultés de fonctionnement du CIVG ces derniers mois, le collectif avait demandé un rendez vous à la direction de l’hôpital. Celle ci n’ayant pas daigné répondre à cette demande, le collectif a donc décidé d’occuper pacifiquement le jeudi 3 octobre le hall du BUCA pour attendre ce rendez vous.

La quarantaine de personnes présentes a alors vécu 2h hallucinantes : Le service sécurité, nous arrachant des mains notre banderole,la police nationale nous encerclant dans le hall. Quelle ne fut pas notre surprise de voir que la police était l’interlocuteur privilégié de la direction, lui servant d’intermédiaire dans la négociation, du jamais vu !

Devant notre détermination, le principe d’une délégation, auprès de la direction fût accepté. Le parcours de « combattantEs »du collectif pouvait commencer : menaces, intimidations, blocage des ascenseurs, interdiction de passer par les jardins……Pour nous retrouver à proximité des bureaux de l’administration, attenduEs par une escouade de CRS. EncercléEs, bousculéEs, puis devant nos protestations, nous fûmes repousséEs avec brutalité vers l’extérieur, la police s’acharnant sur un jeune camarade de la CGT le molestant, le plaquant avec violence contre les grilles de l’hôpital où il fut retenu par les forces de police.

L’Administration en laissant la police devenir les maîtres des lieux ouvre une brèche sans précédent :

Jamais de mémoire de personnel, de syndicalistes, d’usagerEs, la police n’avait pénétré dans l’hôpital. Police partout serait-il le nouveau mot d’ordre ?

L’HOPITAL EST FAIT POUR LES MALADES, LA POLICE N’A RIEN A Y FAIRE !

Lorsque enfin, nous avons pu rencontrer la directrice, accompagnée d’un directeur adjoint du pôle, nous avons exprimé nos demandes, pour un vrai centre dédié qui répond à l’attente des femmes, avec les personnels et le matériel nécessaire. Nous avons obtenu, un nouveau rendez vous le 4 NOVEMBRE

Ce qui s’est passé à Tenon est une grave atteinte à la démocratie. Face au personnel et aux représentants syndicaux, Face à la défense des Droits des Femmes, au droit de choisir, les responsables de l’administration ont choisi les CRS. Nous ne céderons pas, nous continuerons nos luttes Nous ne lâcherons rien !!

FACE AUX VIOLENCES DE L’EXTREME DROITE CATHOLIQUE NOUS SOMMES LA !

Le Collectif CIVG Tenon apporte tout son soutien au Planning Familial concernant sa plainte envers Xavier Dor, récidiviste bien connu, pour ses actions d’intimidations, de violences anti avortements contre le planning . Le collectif soutient également la plainte de l’hôpital St Vincent de Paul contre X Dor, pour pressions morales et psychologiques visant à empêcher ou tenter d’empêcher une IVG en manifestant devant l’hôpital. Situation que connaît bien le Collectif CIVG Tenon confronté depuis des mois à des rassemblements menés par X Dor, manifestations « bénies » par la préfecture de Police.
La LOI NEIERTZ pour délit d’entrave à l’avortement, La Loi AUBRY qui figure dans le code de la santé publique DOIVENT ETRE RESPECTEES et APPLIQUEES. Nous ne comprenons pas la complaisance de Monsieur Le Ministre de l’Intérieur à l’égard de l’extrême droite Catholique.

ENSEMBLE REFUSONS TOUT PROSELYTISME REMETTANT EN CAUSE LES DROITS DES FEMMES!

L’AVORTEMENT,UN DROIT, UN CHOIX, LA LIBERTE !

UN CENTRE IVG DANS CHAQUE HOPITAL PUBLIC !

 

15 juin 2013

diffusion de tracts – pétition dès 10h devant l’hôpital

et

APERO FESTIF à partir de 11h sur le square Edouard Vaillant rue de la Chine, devant l’entrée de Tenon

Deux ans après la réouverture du centre d’IVG de l’hôpital Tenon, obtenue de haute lutte par les habitant-e-s du 20ème, le collectif CIVG Tenon et les élu-e-s, il nous faut rester vigilant-e-s!

Le centre fonctionne avec un personnel réduit et sans secrétariat dédié, le service n’est pas garanti pendant l’été et les locaux ne sont toujours pas adaptés (les travaux prévus prennent du retard…) Ses capacités d’accueil (500 à 600 avortements par an) restent en dessous des besoins (plus de 800 IVG/an avant la fermeture en 2009, desservant tout l’est parisien et les communes limitrophes du 93, sans compter que depuis il y a eu la fermeture du centre de Saint Antoine!). Les femmes y sont quand même très bien accueillies par le personnel en dépit de toutes ces difficultés. L’hôpital suit la logique perverse de la loi Bachelot, qui veut qu’on fixe d’abord le nombre d’actes maximum par an, sur des critères purement comptables, et qu’on y fasse rentrer dedans les besoins de la population après, quitte à laisser dehors (à « réorienter », pardon..) une partie des demandes… Le collectif IVG Tenon se bat pour un véritable centre d’IVG, doté des moyens nécessaires aux besoins des femmes, TOUTES les femmes qui en ont font la demande, dans les delais légaux (une semaine) et jusqu’à la fin du delai légal (14 semaines d’aménorrée)!

D’autre part, l’extrême droite catholique continue ses attaques contre le droit des femmes à l’avortement, juste en face de l’entrée de l’hôpital (le nouveau bâtiment BUCA où se situe le service de gynécologie!) bafouant ouvertement la loi Neiertz sous la protection de la préfecture de police, depuis bientôt deux ans! Les interpellations du collectif au ministère de l’intérieur et à la préfecture de police sont restées sans réponse… Le collectif CIVG Tenon exige: l’application de la loi Neiertz: interdiction des manifestations des intégristes devant l’entrée de l’hôpital le respect du droit des femmes à choisir si et quand avoir un enfant, un centre IVG dans chaque hôpital public avec le choix de la méthode d’avortement ABROGATION de la loi Bachelot Hôpital santé patients térritoires (HPST) de 2009 des moyens pour répondre aux besoins de TOUTES les femmes

Le collectif sera présent samedi 15 juin dès 10h devant l’entrée de Tenon rue de la Chine pour faire signer la pétition et à partir de 11h sur le square Edouard Vaillant pour un apéro militant et festif

Rejoignez-nous nombreux-ses!

mail: assodroitsdesfemmes20@laposte.net

Pétition en ligne contre les intégrismes religieux et pour le droit à l’avortement: http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2013N38963

lE CENTRE AUDIOVISUEL SIMONE DE BEAUVOIR
présente le film

LAISSEZ-LES AVORTER TRANQUILLE!

un film d’Alima Arouali et de François Bernard France, les Films d’Alice/ Alice Guy production, 2013, vidéo, couleur, 48 min

JEUDI 30 MAI 2013 à 20H00

AU CINÉMA LE NOUVEAU LATINA

Séance présentée par François Bernard, réalisateur.
CINÉMA LE NOUVEAU LATINA 20, rue du Temple 75004 Paris http://www.lenouveaulatina.com 01 42 78 47 86
38 ans après la loi autorisant l’avortement en France, le personnel du centre d’orthogénie de l’hôpital du Kremlin-Bicêtre, met toute son énergie et son travail au servi ce des femmes pour leur offrir les meilleures conditions possibles. Travailler dans un centre d’orthogénie n’est pas un métier comme les autres. Héritiers/héritières du MLAC (Mouvement pour la liberté de l’avortement et la contraception ) les professionnel(le)s regroupé(e)s dans l’association nationale des centres d’interruption de grossesse et de contraception (ANCIC) restent mobilisés pour défendre un droit sans cesse remis en cause. Au moment même où plus de 150 centres d’interruption de grossesse ont été fermés en 10 ans et ou les prières de rue des anti-IVG reprennent de la vigueur comme à l’hôpital Tenon à Paris. Qu’elles/ils soient infirmier(e)s, médecins, sage femmes, assistantes sociales, psychologues, conseillères conjugales, ces personnes restent des militantes. Elles/ils se battent pour permettre aux femmes d’avorter en paix, pour que l’on cesse de leur rebattre les oreilles avec la contraception dès qu’il est question d’avortement, pour faire comprendre que le fœtus dépend du projet parental et non des projets des États ou des Eglises.

LES RÉALISATEURS

Alima Arouali est chef monteuse sur de nombreux films (fictions et documentaires) et également co-réalisatrice avec Anne Galand du documentaire sur la gréve des salariés de Macdonald’s On est pas des steaks hachés (La cathode 2002). Tout en conduisant les activités de l’association Alice Guy production, elle réalise un documentaire sur l’histoire de sa mère et de ses sœurs.
François Bernard est producteur (films de Sabrina Malek, Jean Michel Carré, Pierre Tredez, Samir Abdallah, Arnaud Soulier) et réalisateur multimédia (Chronique d’un quartier, Sur le fil de l’insertion). Après avoir été pendant 15 ans directeur du département Nouvelles technologie et communication d’un mouvement d‘éducation (CEMEA), il dirige Alice Coopératif Concept (économie solidaire et communication) http://www.webalice.viabloga.com